IMG_9883 2

Atelier régulier Brest 2016-2017

Cette année l’atelier d’écriture aura lieu tous les quinze jours hors vacances scolaires.

Deux groupes sont ouverts: un pour les jeunes à partir de 14 ans, un  autre pour les adultes.

L’atelier se déroulera le jeudi de 17 h 30 à 19 h et se tiendra à « La Salle », 23 rue de la Porte à Brest (à hauteur de l’arrêt de tram Recouvrance).

Une première séance découverte est prévue le jeudi 22 septembre même lieu, même heure. Si vous voulez faire un essai, n’hésitez pas à vous inscrire, soit par téléphone (06 28 47 65 28), soit par mail ( ctanguy@neuf.fr ou atecat@catherine-tanguy.fr ).

Le tarif annuel est de 180€, payable en trois fois.

↑↑

IMG_9211

En guise de conclusion

On utilise le langage selon deux grands axes : d’abord pour rendre compte de ce qui est ou a été. Or ce n’est pas un outil commode, le mot ne se confond pas avec la chose, il en est une symbolisation qui, au fil du temps, s’est chargée de significations et de connotations multiples.

Ensuite on s’en sert pour dire ce qui n’existe pas encore, ce qui pourra advenir, ce qu’on imagine et qu’on invente, pour faire face aux conditions nouvelles.

Il y a enfin une autre dimension qui échappe à la stricte définition de l’outil. Quand nous disons que nous sommes des êtres de langage, ce n’est pas uniquement pour signifier que nous nous distinguons des animaux par notre mode de communication, c’est aussi parce que l’idée que nous avons de nous-même, la conscience de notre identité et de la réalité autour de nous, repose sur des discours.

Le langage joue donc un rôle primordial pour la construction de notre avenir, tant personnel que global. Il fonde une bonne part de notre aptitude à l’adaptation et surtout à la création dont nous avons tant besoin. Mais qu’en est-il aujourd’hui ?

Les formes arrêtées, les expressions toutes faites, loin de stimuler l’intuition, nous enferment dans un ordre établi et immuable. La maîtrise du code, le souci de perfection tient le monde à distance.
Pour tenter d’en contrôler l’évolution, les milieux favorisés, ceux dont la parole compte, ceux qui régissent la plupart des médias, recourent aux abstractions, aux anglicanismes, aux théories scientifiques. Peine perdue. On ne réduit pas l’étrangeté du monde à coups de concepts.

Restent les enfants, les poètes et les fous qui chavirent la langue en tous sens.

Restent aussi ceux qui ne se plient pas aux codes, ceux qui n’emploient pas toujours la formule qu’on attend. Une femme racontait à son amie que sa fille avait fixé la date de son mariage sans s’inquiéter de savoir si elle pourrait se libérer. « J’étais déçue de part en part », confiait-elle. La formule peut faire sourire, elle dit surtout avec force les pics de la déception qui lui ont traversé le corps.

Alors quelle langue va pouvoir accompagner ce monde en pleine mutation ? Peut-être une langue femelle, comme l’appelle de ses vœux Caroline Sagot-Duvauroux, une langue qui puisse dire autre chose que des rapports de pouvoir.

Je crois en tous cas en la capacité de la langue française à dire le neuf. Elle a déjà montré qu’elle pouvait se renouveler. Elle recèle en elle-même des richesses qui ne demandent qu’à être exploitées.

A une classe de sixième, j’avais proposé de composer un texte de dix à douze lignes qui toutes commenceraient par « je sais ». Seule la dernière débuterait par « je ne sais pas encore ». Kylian a achevé son texte par : « Je ne sais pas encore c’est quoi le paradis. » Cette phrase sonnait étrangement. La formulation semblait maladroite dans un texte par ailleurs écrit dans un français standard et soigné. J’ai d’abord été tentée de corriger. Puis je me suis ravisée. Pourquoi changer ? Ne comprenais-je pas parfaitement le message ? Ce qui gênait, le mélange des codes, écrit pour la première partie de la phrase, oral pour la seconde, n’était-il pas finalement plus intéressant qu’une langue pure et sclérosée ? Si l’avenir est au métissage, pourquoi ne pas commencer par tous ceux possibles à l’intérieur de notre langue ? La création s’offre sous toutes les formes à qui souhaite s’en saisir.

↑↑